LES CONSORTIUMS-HN

Qu'est-ce qu'un consortium-HN ?

Les Consortiums-HN réunissent plusieurs personnels d’unités et équipes de recherche françaises, aux métiers variés (chercheur.e.s, ingénieur.e.s, archivistes, documentalistes, etc.)  autour de thématiques et/ou d’objets communs pour lesquels ils définissent des procédures et standards numériques partagés (méthodes, outils, partages d’expériences).

Ils formulent un programme d’actions pluriannuels pour lequel ils s’engagent à apporter une partie des moyens nécessaires (en particulier en personnel), et pour lequel ils demandent, en outre, un soutien financier de la part de la TGIR. Ces actions donnent lieu à des livrables.

Dans ce cadre, les consortiums d’Huma-Num sont labellisés pour une période de 4 ans et évalués par le Comité de Pilotage et le Conseil Scientifique de la TGIR. Une seconde période de labellisation est possible sur la base de l’évaluation d’un nouveau projet, considéré comme une seconde phase évolutive du consortium-HN. A son terme, une dernière phase de 2 ans peut être accordée pour définir l’ancrage pérenne des résultats produits par le consortium-HN.

Les statuts d’Huma-Num prévoient la labellisation d’un nombre maximal de 12 consortiums en activité.

En savoir plus sur le processus de labellisation des consortiums d’Huma-Num.

Qu'est-ce qu'un consortium-HN ?

Les Consortiums-HN réunissent plusieurs personnels d’unités et équipes de recherche françaises, aux métiers variés (chercheur.e.s, ingénieur.e.s, archivistes, documentalistes, etc.)  autour de thématiques et/ou d’objets communs pour lesquels ils définissent des procédures et standards numériques partagés (méthodes, outils, partages d’expériences).

Ils formulent un programme d’actions pluriannuels pour lequel ils s’engagent à apporter une partie des moyens nécessaires (en particulier en personnel), et pour lequel ils demandent, en outre, un soutien financier de la part de la TGIR. Ces actions donnent lieu à des livrables.

Dans ce cadre, les consortiums d’Huma-Num sont labellisés pour une période de 4 ans et évalués par le Comité de Pilotage et le Conseil Scientifique de la TGIR. Une seconde période de labellisation est possible sur la base de l’évaluation d’un nouveau projet, considéré comme une seconde phase évolutive du consortium-HN. A son terme, une dernière phase de 2 ans peut être accordée pour définir l’ancrage pérenne des résultats produits par le consortium-HN.

Les statuts d’Huma-Num prévoient la labellisation d’un nombre maximal de 12 consortiums en activité.

En savoir plus sur le processus de labellisation des consortiums d’Huma-Num.

Les Consortiums-HN labellisés

Paris Time Machine

Cliquez sur un consortium-HN pour en savoir plus

Corpus d’Auteurs pour les Humanités : Informatisation, Édition, Recherche (CAHIER)

Consortium CAHIER

Première labellisation en 2011, actuellement en dernière phase.

CAHIER est un consortium interdisciplinaire. Il vise à fédérer les différentes initiatives françaises (existantes ou en projet) autour de corpus d’auteurs (constitution, édition, diffusion, exploitation, etc.), qu’ils relèvent de la littérature, de la philosophie ou d’une thématique liée à une école ou à une pratique. CAHIER se définit donc par rapport à l’existence d’une œuvre (incluant les documents préparatoires) ou de plusieurs œuvres identifiées et dont la cohérence mérite d’être soulignée, publiée, outillée et exploitée numériquement pour donner lieu à de nouvelles recherches.

CAHIER favorise en outre la formation aux nouveaux outils et méthodes, le partage d’expériences, le respect et l’élaboration de normes et bonnes pratiques favorisant l’échange, l’interopérabilité et l’accès aux données ainsi que de nouvelles recherches scientifiques. CAHIER privilégie et promeut la diffusion libre et ouverte des corpus produits par ses projets partenaires.

Consulter le carnet de recherche du consortium CAHIER

Quelques ressources

Contacts

Corpus d’Auteurs pour les Humanités : Informatisation, Édition, Recherche (CAHIER)

Consortium CAHIER

Première labellisation en 2011, actuellement en dernière phase.

CAHIER est un consortium interdisciplinaire. Il vise à fédérer les différentes initiatives françaises (existantes ou en projet) autour de corpus d’auteurs (constitution, édition, diffusion, exploitation, etc.), qu’ils relèvent de la littérature, de la philosophie ou d’une thématique liée à une école ou à une pratique. CAHIER se définit donc par rapport à l’existence d’une œuvre (incluant les documents préparatoires) ou de plusieurs œuvres identifiées et dont la cohérence mérite d’être soulignée, publiée, outillée et exploitée numériquement pour donner lieu à de nouvelles recherches.

CAHIER favorise en outre la formation aux nouveaux outils et méthodes, le partage d’expériences, le respect et l’élaboration de normes et bonnes pratiques favorisant l’échange, l’interopérabilité et l’accès aux données ainsi que de nouvelles recherches scientifiques. CAHIER privilégie et promeut la diffusion libre et ouverte des corpus produits par ses projets partenaires.

Consulter le carnet de recherche du consortium CAHIER

Archives des ethnologues

Archives des ethnologues
Première labellisation en 2011, actuellement en dernière phase.

Ce consortium est créé pour répondre aux questions spécifiques qui se posent aux ethnologues devant la singularité de leurs corpus, l’importance théorique et patrimoniale de leurs travaux, la richesse et la diversité humaine qu’ils représentent. Il s’agit, dans un premier temps, d’assurer la conservation et la pérennisation des données collectées par les ethnologues sur le terrain ainsi que de tous documents pouvant aider à la contextualisation de ces données ou à une meilleure compréhension de l’élaboration des travaux anthropologiques. Dans un deuxième temps, l’objectif du consortium est de mettre à disposition ces matériaux dans le respect de la propriété intellectuelle et des normes éthiques.

Consulter le carnet de recherche du consortium Archives des ethnologues.

Quelques ressources

Ethnologia, le carnet du consortium

La diffusion numérique des données en SHS – Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques

Transcrire, plateforme de transcription collaborative de documents manuscrits numérisés

Contact

Archives des ethnologues

Archives des ethnologues
Première labellisation en 2011, actuellement en dernière phase.

Ce consortium est créé pour répondre aux questions spécifiques qui se posent aux ethnologues devant la singularité de leurs corpus, l’importance théorique et patrimoniale de leurs travaux, la richesse et la diversité humaine qu’ils représentent. Il s’agit, dans un premier temps, d’assurer la conservation et la pérennisation des données collectées par les ethnologues sur le terrain ainsi que de tous documents pouvant aider à la contextualisation de ces données ou à une meilleure compréhension de l’élaboration des travaux anthropologiques. Dans un deuxième temps, l’objectif du consortium est de mettre à disposition ces matériaux dans le respect de la propriété intellectuelle et des normes éthiques.

Consulter le carnet de recherche du consortium Archives des ethnologues.

Quelques ressources

Ethnologia, le carnet du consortium

La diffusion numérique des données en SHS – Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques

Transcrire, plateforme de transcription collaborative de documents manuscrits numérisés

Contacts

Corpus, Langues et Interactions (CORLI)

Corpus, Langues et Interactions (CORLI)

Labellisation en 2016 (suite à la fusion des consortiums-HN ECRIT et IRCOM), actuellement en dernière phase.

CORLI (Corpus, Langues, Interactions) aide à la diffusion des corpus, des outils et des méthodes de travail et d’exploration de ces corpus, quels que soient la langue et/ou le système d’écriture considérés.
 

CORLI est organisé sous la forme d’un réseau de recherche comprenant plus de 20 laboratoires et plus de 200 membres. Le réseau permet le partage des méthodes, techniques et données de ses participants. Il encourage l’utilisation de standards et d’outils pérennes, ouverts et partageables. Dans cette perspective, CORLI organise des journées de formation, des journées de réflexion et de partage des expériences. Le consortium aide également à la création ou la maintenance d’outils collectifs, et contribue au développement et à la diffusion des standards et des bonnes pratiques du travail sur corpus. CORLI s’est résolument engagé dans l’ouverture à l’Europe en se constituant en CENTRE K CLARIN, offrant ainsi une dimension internationale au réseau.

Les actions de CORLI comprennent plus particulièrement :

  • Partage et accès aux corpus (où trouver les données, comme les gérer, les partager, les disséminer)
  • Guides d’annotation et manuels pour l’analyse de corpus
  • Méthodes et outils pour l’analyse et l’exploration de corpus
  • Métadonnées, standards, recommandations
  • Données juridiques, utilisation et droits, propriété intellectuelle, consentement de diffusion
  • Format des données, conversion, outils permettant le traitement des corpus
  • Évaluation de corpus et des données de la recherche
  • Finalisation de corpus en conformité aux principes FAIR

Le consortium CORLI est coordonné par Christophe Parisse et Céline Poudat et géré par la MESHS de Lille. CORLI comprend un comité de pilotage de plus de 30 membres tous membres de laboratoires français (UMR et EA).

Consulter le site de CORLI 

Consulter le carnet de recherche du consortium CORLI.

Corpus, Langues et Interactions (CORLI)

Corpus, Langues et Interactions (CORLI)

Labellisation en 2016 (suite à la fusion des consortiums-HN ECRIT et IRCOM), actuellement en dernière phase.

CORLI (Corpus, Langues, Interactions) aide à la diffusion des corpus, des outils et des méthodes de travail et d’exploration de ces corpus, quels que soient la langue et/ou le système d’écriture considérés.
 

CORLI est organisé sous la forme d’un réseau de recherche comprenant plus de 20 laboratoires et plus de de 200 membres. Le réseau permet le partage des méthodes, techniques et données de ses participants. Il encourage l’utilisation de standards et d’outils pérennes, ouverts et partageables. Dans cette perspective, CORLI organise des journées de formation, des journées de réflexion et de partage des expériences. Le consortium aide également à la création ou la maintenance d’outils collectifs, et contribue au développement et à la diffusion des standards et des bonnes pratiques du travail sur corpus. CORLI s’est résolument engagé dans l’ouverture à l’Europe en se constituant en CENTRE K CLARIN, offrant ainsi une dimension internationale au réseau.

Les actions de CORLI comprennent plus particulièrement :

  • Partage et accès aux corpus (où trouver les données, comme les gérer, les partager, les disséminer)
  • Guides d’annotation et manuels pour l’analyse de corpus
  • Méthodes et outils pour l’analyse et l’exploration de corpus
  • Métadonnées, standards, recommandations
  • Données juridiques, utilisation et droits, propriété intellectuelle, consentement de diffusion
  • Format des données, conversion, outils permettant le traitement des corpus
  • Évaluation de corpus et des données de la recherche
  • Finalisation de corpus en conformité aux principes FAIR

Le consortium CORLI est coordonné par Christophe Parisse et Céline Poudat et géré par la MESHS de Lille. CORLI comprend un comité de pilotage de plus de 30 membres tous membres de laboratoires français (UMR et EA).

Consulter le site de CORLI 

Consulter le carnet de recherche du consortium CORLI.

Quelques ressources

Contacts

Consortium Sources Médiévales (COSME)

Consortium COSME
Première labellisation en 2012, actuellement en dernière phase.

Cosme est un consortium pluridisciplinaire. Il s’appuie sur une communauté scientifique largement ouverte à toutes les disciplines, rassemblant archéologues, historiens, historiens de l’art, philosophes, linguistes, littéraires… et réunie autour d’une pratique commune : celle de la recherche sur le passé médiéval par le biais des sources les plus diverses. Ces sources sont au cœur des préoccupations du consortium : projets d’édition ou de transcription, de reproduction numérique ou de répertoires les recensant. Le consortium veut aussi défricher le terrain de nouvelles procédures de gestion et d’analyse de données numériques relatives à la médiévistique et promouvoir la formation à ces techniques.

Consulter le carnet de recherche du consortium COSME.

Quelques ressources

Les Corpus de la Bourgogne au Moyen Âge (CBMA), entre constitution de corpus et traitement de données

Aposcripta : la base de données collaborative de lettres de papes médiévales

Sigilla : le projet dédié aux sceaux médiévaux conservés en France

TELMA : la plate-forme de publication de sources médiévales pilotée par l’IRHT, OA et ouverte à la communauté scientifique

Contacts

Consortium Sources Médiévales (COSME)

Consortium COSME
Première labellisation en 2012, actuellement en dernière phase.

Le positionnement de ce consortium est clairement pluridisciplinaire. Il s’appuie sur une communauté scientifique largement ouverte à toutes les disciplines, rassemblant archéologues, historiens, historiens de l’art, philosophes, linguistes, littéraires… et réunie autour d’une pratique commune : celle de la recherche sur le passé médiéval par le biais des sources les plus diverses.

Ces sources sont au cœur des préoccupations du consortium : projets d’édition ou de transcription, de reproduction numérique ou d’un répertoire les recensant.

Consulter le carnet de recherche du consortium COSME.

Quelques ressources

Les Corpus de la Bourgogne au Moyen Âge (CBMA), entre constitution de corpus et traitement de données

Aposcripta : la base de données collaborative de lettres de papes médiévales

Sigilla : le projet dédié aux sceaux médiévaux conservés en France

TELMA : la plate-forme de publication de sources médiévales pilotée par l’IRHT, OA et ouverte à la communauté scientifique

Contacts

Consortium Cartes et photographies pour les géographes (ImaGEO)

Consortium Cartes et photographies pour les géographes
Première labellisation en 2012, actuellement en dernière phase.

Créé en 2012, le consortium ImaGEO rassemble les UMR Passages, Prodig, Migrinter, Edytem, Géographie-Cités, l’UMS Riate, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et le SCD de l’Université Bordeaux Montaigne.

Ce consortium est né de la volonté de diffuser des fonds géographiques patrimoniaux et de favoriser leur réutilisation. En effet, les infrastructures de données géographiques (IDG) ont tendance aujourd’hui à se concentrer sur la documentation et la diffusion de jeux de données contemporaines. Peu de données historiques sont disponibles sur ces plateformes.

L’un des objectifs de ce consortium est donc de rendre accessibles, consultables et mobilisables des données cartographiques et photographiques nombreuses et éparses, qui constituent des fonds de laboratoires de recherche, de bibliothèques remarquables ou des fonds de chercheurs, ressources en général sous-exploitées faute d’accès en ligne ou de documentation suffisante.

A cette fin, dans le cadre du consortium, le Centre d’Information Scientifique et Technique Regards de l’UMR Passages a réalisé Navigae, service à la disposition des communautés scientifiques pour rechercher et accéder selon des critères spatio-temporels à des données géographiques scientifiques et patrimoniales.

Plus de 38 000 documents sont disponibles sur Navigae provenant des collections des membres du consortium mais aussi d’autres institutions.

Quelques ressources

Madmaps :  Un serious game pour apprendre les notions principales de la cartographie

Navigae :  Plateforme de recherche et de visualisation cartographique

Carnet ImaGEO  : Informations sur les travaux du consortium

Contacts

Consortium Cartes et photographies pour les géographes (ImaGEO)

Consortium Cartes et photographies pour les géographes
Première labellisation en 2012, actuellement en dernière phase.

Créé en 2012, le consortium ImaGEO rassemble les UMR Passages, Prodig, Migrinter, Edytem, Géographie-Cités, l’UMS Riate, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et le SCD de l’Université Bordeaux Montaigne.

Ce consortium est né de la volonté de diffuser des fonds géographiques patrimoniaux et de favoriser leur réutilisation. En effet, les infrastructures de données géographiques (IDG) ont tendance aujourd’hui à se concentrer sur la documentation et la diffusion de jeux de données contemporaines. Peu de données historiques sont disponibles sur ces plateformes.

L’un des objectifs de ce consortium est donc de rendre accessibles, consultables et mobilisables des données cartographiques et photographiques nombreuses et éparses, qui constituent des fonds de laboratoires de recherche, de bibliothèques remarquables ou des fonds de chercheurs, ressources en général sous-exploitées faute d’accès en ligne ou de documentation suffisante.

A cette fin, dans le cadre du consortium, le Centre d’Information Scientifique et Technique Regards de l’UMR Passages a réalisé Navigae, service à la disposition des communautés scientifiques pour rechercher et accéder selon des critères spatio-temporels à des données géographiques scientifiques et patrimoniales.

Plus de 38 000 documents sont disponibles sur Navigae provenant des collections des membres du consortium mais aussi d’autres institutions.

Quelques ressources

Madmaps :  Un serious game pour apprendre les notions principales de la cartographie

Navigae :  Plateforme de recherche et de visualisation cartographique

Carnet ImaGEO  : Informations sur les travaux du consortium

Contacts

Consortium Mémoires des archéologues et des sites archéologiques (MASA)

Consortium MASA

Première labellisation en 2012, actuellement en dernière phase.

Depuis son renouvellement en 2017, ce consortium réunit 10 acteurs nationaux (6 Maisons des Sciences de l’Homme, le réseau Frantiq, le Musée d’Archéologie National, l’Inrap et le Réseau des Ecoles Françaises à l’Etranger) autour du partage de la documentation archéologique.

Il a pour objectif de proposer un accès unifié à des corpus variés de données et de documentations produites par les archéologues. Il développe des méthodes et des outils à destination de la communauté archéologique, en respectant les standards internationaux.

Le consortium MASA ainsi que le consortium 3D participent également aux activités du projet européen Horizon 2020 ARIADNEplus dans leurs domaines d’expertises respectifs.

Consulter le carnet de recherche du consortium MASA.

Quelques ressources

Modèle DMP : Modèle de plan de gestion de données MASA

Opentheso : gestionnaire de thésaurus multilingue et multi-hiérarchique

OpenArchaeo : plateforme de données archéologiques

Contact

Consortium Mémoires des archéologues et des sites archéologiques (MASA)

Consortium MASA

Première labellisation en 2012, actuellement en dernière phase.

Depuis son renouvellement en 2017, ce consortium réunit 10 acteurs nationaux (6 Maisons des Sciences de l’Homme, le réseau Frantiq, le Musée d’Archéologie National, l’Inrap et le Réseau des Ecoles Françaises à l’Etranger) autour du partage de la documentation archéologique.

Il a pour objectif de proposer un accès unifié à des corpus variés de données et de documentations produites par les archéologues. Il développe des méthodes et des outils à destination de la communauté archéologique, en respectant les standards internationaux.

Le consortium MASA ainsi que le consortium 3D participent également aux activités du projet européen Horizon 2020 ARIADNEplus dans leurs domaines d’expertises respectifs.

Consulter le carnet de recherche du consortium MASA.

Quelques ressources

Modèle DMP : Modèle de plan de gestion de données MASA

Opentheso : gestionnaire de thésaurus multilingue et multi-hiérarchique

OpenArchaeo : plateforme de données archéologiques

Contacts

Consortium 3D

Consortiums 3D

Première labellisation en 2014, actuellement en fin de seconde phase.

Le consortium 3D SHS, labellisé par Huma-Num en 2014 puis en 2017, est né d’un besoin de coordonner les initiatives autour des usages de la 3D  au sein du paysage scientifique SHS. En effet, face à un foisonnement croissant et très diversifié des pratiques 3D, il devenait nécessaire de fédérer via un consortium, un réseau conséquent de partenaires avec de l’expérience dans la production de données 3D, leur acquisition, visualisation ou conservation, afin de pouvoir la confronter et partager les problématiques d’usage de la 3D.

Ainsi, l’ensemble de ses membres ont à cœur de travailler à mettre à disposition de la communauté SHS, des outils, standards et recommandations pour la création, la conservation, l’archivage, la mise à disposition et l’exploitation des données 3D.

Par ailleurs, certains membres du Consortium participent aussi au groupe de travail « données numériques » du chantier scientifique pour la restauration de Notre-Dame de Paris permettant ainsi de mettre en application certains développements du consortium et par la même occasion d’alimenter de nouvelles réflexions autour des enjeux et devenir des données 3D.

Enfin, le consortium 3D a collaboré avec des consortiums européens tels que Parthenos, DARIAH ou encore AriadnePlus dans l’objectif de diffuser vers l’international l’ensemble de nos recommandations.

Pour en savoir plus sur le consortium 3D, merci de visiter le site web.

Consortium 3D

Consortiums 3D

Première labellisation en 2014, actuellement en fin de seconde phase.

Le consortium 3D SHS, labellisé par Huma-Num en 2014 puis en 2017, est né d’un besoin de coordonner les initiatives autour des usages de la 3D  au sein du paysage scientifique SHS. En effet, face à un foisonnement croissant et très diversifié des pratiques 3D, il devenait nécessaire de fédérer via un consortium, un réseau conséquent de partenaires avec de l’expérience dans la production de données 3D, leur acquisition, visualisation ou conservation, afin de pouvoir la confronter et partager les problématiques d’usage de la 3D.

Ainsi, l’ensemble de ses membres ont à cœur de travailler à mettre à disposition de la communauté SHS, des outils, standards et recommandations pour la création, la conservation, l’archivage, la mise à disposition et l’exploitation des données 3D.

Par ailleurs, certains membres du Consortium participent aussi au groupe de travail « données numériques » du chantier scientifique pour la restauration de Notre-Dame de Paris permettant ainsi de mettre en application certains développements du consortium et par la même occasion d’alimenter de nouvelles réflexions autour des enjeux et devenir des données 3D.

Enfin, le consortium 3D a collaboré avec des consortiums européens tels que Parthenos, DARIAH ou encore AriadnePlus dans l’objectif de diffuser vers l’international l’ensemble de nos recommandations.

Pour en savoir plus sur le consortium 3D, merci de visiter le site web.

Quelques ressources

Contacts

Consortium Paris Time Machine (PTM)

Consortium Paris Time Machine (PTM)

Labellisé en janvier 2019.

Les actions du consortium Huma-num Paris Time Machine s’articulent autour de la notion de référentiel géohistorique, conçu comme un concept heuristique permettant à des programmes de recherche ou des équipes de développer dans les principes FAIR et de l’open data, des pratiques innovantes et partageables en matière d’analyse d’objets géo-historiques.

Fédérer des acteurs, capitaliser et enrichir les travaux des projets antérieurs d’analyse géo-historiques (Alpage, données patrimoniales…), systématiser les bonnes pratiques et développer des outils génériques de traitement et d’analyse qui seront mis à disposition de la communauté des chercheurs SHS sont quelques-uns des objectifs du consortium Huma-num Paris Time Machine.

Le choix de la région parisienne comme espace d’expérimentation initial a été retenu par plusieurs laboratoires à l’origine du projet (Arscan, Lamop, ACP,…) auxquels se sont associées plusieurs institutions de la ville de Paris (DHAAP, BHdV, APUR…). Les travaux du Consortium s’élargissent aujourd’hui à d’autres espaces. Ainsi, l’outil utilisé pour la visualisation de la carte archéologique de Paris est aussi utilisé pour celle de Chartres.

Ce consortium, membre fondateur de la Time machine organisation, s’inscrit dans la dynamique développée autour du FET Flagship européen Time Machine.  

Consulter le site du consortium PTM

Quelques ressources

La plateforme de Webmapping GEO.  Des exemples accessibles en ligne sont proposés :

Heurist : une base de données générique pour les sciences humaines et sociales

Oronce Fine : Cet outil développé par la plateforme géomatique de l’EHESS avec un financement PSL intègre aujourd’hui le Consortium PTM qui en soutient le développement au travers la publication de collections :

Amado online : permet de visualiser des tableaux croisés (tableaux de contingence) selon les principes élaborés par Jacques Bertin dans la Sémiologie Graphique.

Contact

Consortium Paris Time Machine (PTM)

Consortium Paris Time Machine (PTM)

Labellisé en janvier 2019.

Les actions du consortium Huma-num Paris Time Machine s’articulent autour de la notion de référentiel géohistorique, conçu comme un concept heuristique permettant à des programmes de recherche ou des équipes de développer dans les principes FAIR et de l’open data, des pratiques innovantes et partageables en matière d’analyse d’objets géo-historiques.

Fédérer des acteurs, capitaliser et enrichir les travaux des projets antérieurs d’analyse géo-historiques (Alpage, données patrimoniales…), systématiser les bonnes pratiques et développer des outils génériques de traitement et d’analyse qui seront mis à disposition de la communauté des chercheurs SHS sont quelques-uns des objectifs du consortium Huma-num Paris Time Machine.

Le choix de la région parisienne comme espace d’expérimentation initial a été retenu par plusieurs laboratoires à l’origine du projet (Arscan, Lamop, ACP,…) auxquels se sont associés plusieurs institutions de la ville de Paris (DHAAP, BHdV, APUR…). Les travaux du Consortium s’élargissent aujourd’hui à d’autres espaces. Ainsi, l’outil utilisé pour la visualisation de la carte archéologique de Paris est aussi utilisé pour celle de Chartres…

Ce consortium, membre fondateur de la Time machine organisation, s’inscrit dans la dynamique développée autour du FET Flagship européen Time Machine.  

 

Consulter le site du consortium PTM

Quelques ressources

La plateforme de Webmapping GEO.  Des exemples accessibles en ligne sont proposés :

Heurist : une base de données générique pour les sciences humaines et sociales

Oronce Fine : Cet outil développé par la plateforme géomatique de l’EHESS avec un financement PSL intègre aujourd’hui le Consortium PTM qui en soutient le développement au travers la publication de collections :

Amado online : permet de visualiser des tableaux croisés (tableaux de contingence) selon les principes élaborés par Jacques Bertin dans la Sémiologie Graphique.

Contact

Les anciens consortiums de la TGIR Huma-Num

Labellisé en 2014

Le consortium Musica réunissait plusieurs unités et équipes de recherches autour d’une thématique commune  : la valorisation et l’exploitation de données musicales numériques par l’utilisation de référentiels communs,  la diffusion de bonnes pratiques d’encodage et des opérations de numérisation des données.

L’un des objectifs de Musica était de coordonner la réflexion épistémologique des chercheurs, ainsi que le développement de nouveaux outils de représentation et d’analyse de la musique. Ces outils prennaient appui sur les langages HTML5, CSS3 et javascript, qui constituaient les nouveaux standards de l’internet et permettaient de réaliser des dispositifs multimédia interactifs facilement adaptables d’un projet à l’autre. Une attention particulière a été portée aux manières d’intégrer ces nouveaux outils de représentation à ceux développés dans les axes du consortium, notamment la constitution de corpus de partitions et le développement de plateformes d’archives sonores en ligne.

Consulter le carnet de recherche du consortium Musica

Labellisé en 2012

Ce consortium avait pour objet la création d’un instrument de recherche collectif qui permette de répondre aux problèmes qui découlent de la nature même des archives de la période contemporaine (XIXe-XXe siècle) qui sont caractérisées tout à la fois par leur masse, l’hétérogénéité des supports (du papier au microsillon en passant par la photographie ou les disquettes informatiques, CD-rom et les supports vidéo anciens et récents), leur fragilité, la diversité de leur statut juridique (public ou privé), et la dispersion des lieux où elles sont conservées.

Consulter le carnet de recherche du consortium ArcMC

 

Consortium Archives des sciences sociales du politique (Archipolis)

Labellisé en 2012

Ce consortium avait pour mission d’archiver les recherches engagées à l’interface des sciences sociales et portant sur les différentes composantes de l’objet politique – des plus spécifiques telles que les élections, les partis, les syndicats et autres organisations politiques, le métier politique, l’action publique, les institutions, la citoyenneté, mais aussi plus largement toutes formes collectives d’appartenances et de comportements mettant en jeu les rapports de pouvoir.

Consulter le carnet de recherche du consortium Archipolis.

Labellisé en 2011

Partant du constat que la création de corpus numériques écrits à des fins de recherche a connu des développements considérables dans les dernières années et que des attentes fortes se font jour en matière de partage d’information, d’homogénéisation des pratiques et de mise en conformité avec des standards internationaux, le consortium « Corpus écrits » se donnait précisément pour but de fédérer les équipes et laboratoires, les chercheurs, enseignants-chercheurs, ou ingénieurs engagés dans la production de corpus numériques écrits, quels que soient la langue et l’alphabet considérés et d’offrir la représentation la plus large possible de cette communauté, afin d’accompagner le développement des corpus écrits, d’en faire converger les pratiques et les besoins, de financer des actions répondant à ses missions.

Les consortiums-HN ECRIT et IRCOM ont choisi de fusionner leurs projets et ont été labellisés en 2016 sous le nom de CORLI, actuellement en dernière phase.

Consulter le carnet de recherche du consortium Corpus Ecrits

Labellisé en 2011

Le Consortium IRCOM avait pour missions principales de :

  • organiser et accompagner le développement de corpus oraux et multimodaux en linguistique en aidant les chercheurs à s’approprier les outils nécessaires et à développer des standards communs de référence ;
  • développer la valorisation, la visibilité et l’accessibilité des fonds existants ;
  • améliorer leur mise à disposition, leur mutualisation et leur interopérabilité afin d’intégrer les réseaux internationaux (notamment ERIC-CLARIN) ;
  • intégrer la communauté des producteurs et utilisateurs de corpus oraux et multimodaux dans ces pratiques et réflexions.

Les consortiums-HN ECRIT et IRCOM ont choisi de fusionner leurs projets et ont été labellisés en 2016 sous le nom de CORLI, actuellement en dernière phase.

Consulter le carnet de recherche du consortium

Vous souhaitez soumettre
un projet de consortium à la TGIR ?