Calenda Digital Humanities

18/12/19
French President Emmanuel Macron announced on 3rd July 2018 in Lagos that a Special Season would be organized in France, from June to December 2020, to mark a renewed partnership with Africa, a “varied, strong and diverse continent that will play a part in our shared future”. The peer-reviewed journal of Aix-Marseille Université research centre on Anglophone Studies (LERMA), E-rea, has decided to seize the opportunity of Africa 2020 to dedicate a special issue to contemporary artistic, digital, and political creation in English-speaking African countries. Heeding Kenyan political analyst Nanjala Nyabola’s advice to eschew the too reductive ‘Africa rising’ and ‘Africa failing’ narratives in favour of ‘Africa being’ stories, this special issue wishes to focus on “stories reflecting the ambivalence, complexity, challenges and opportunities of African societ[ies] in an increasingly connected world”.
16/12/19
Pagaille est une revue numérique biannuelle indépendante de littératures et médias comparés, fondée par des chercheuses et chercheurs en littératures comparées. Elle a pour objectif de promouvoir l’approche comparatiste dans le champ des sciences humaines et sociales. Comme son nom l’indique, la revue entend explorer des champs particulièrement riches de la recherche actuelle, des espaces intellectuels en pagaille au sein desquels le comparatisme entend se frayer un chemin et apporter un éclairage spécifique. À ce titre, les démarches inter-, intra-, et transmédiales ont toute leur place dans la revue. Le second numéro de la revue est consacré à la question des humanités numériques.
09/12/19
L’ampleur et le renouvellement continu des données accumulées dans le champ des études épigraphiques suscitent actuellement des réflexions collectives au sein du laboratoire HiSoMA. Plusieurs projets sont d’ores et déjà engagés dans la production de corpus conformes au modèle EpiDoc, grâce à la collaboration entre les chercheurs d’HiSoMA, ses ingénieurs, le Pôle Systèmes d’information et réseaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et un important réseau de partenaires (Huma-Num, Ifpo, Métopes, Persée, etc.). Il s’agit de faire le point sur les résultats de certains des projets en cours de réalisation (IGLS, Inscriptions syllabiques de Paphos, DHARMA Project), tout en portant un regard rétrospectif sur les pratiques d’archivage comme sur les méthodes d’édition, de l’usage de TEI Publisher à l’encodage des épigrammes et des variations linguistiques dans les publications numériques de corpus épigraphiques.
02/12/19
Au Japon le phénomène estampillé kyara-ka – « se transformer en personnage » – donne maintenant naissance à ce que Nozawa Shunsuke (2013) nomme « un art émergent de l’auto-modélisation ». Basé sur des techniques de déguisement élaborées, le phénomène kyara-ka recouvre une grande variété de stratégies et de pratiques liées à la présentation de soi : cosplay, kigurumi, V-tubing, banques de voix synthétiques, utilisation de filtres vocaux-graphiques pour mettre en ligne des vidéos où les humains ressemblent à des personnages… En explorant les différentes manifestations de ce processus social de « chosification de l’humain », le colloque entend questionner les raisons pour lesquelles un nombre croissant de personnes se customisent en personnages. L’objectif du colloque est de traiter dans leur complexité les questions que soulèvent ces actes volontaires, et peut-être ironiques, d’oblitération. Quel est le profil de ces hommes et ces femmes qui se métamorphosent en créatures produites par infographie ? Comment vivent-ils le fait d’être aimés non pas pour eux-mêmes mais pour leur alter-ego numérique ? Quels récits, petits ou grands, accompagnent la production de ces doubles fictifs ? Est-il toujours pertinent d’analyser le phénomène en termes d’authenticity (original) ou d’artificialité (copie) ? Quelles négociations, quels refus sous-tendent l’usage des personnages comme masques sociaux ?
29/11/19
Cette master class en humanités numériques se tiendra du 19 au 25 avril 2020 au Moulin d’Andé (Normandie). Plusieurs axes sont proposés : données lexicales, édition numérique scientifique (en particulier d’égo-documents) et données d’autorité. Une partie des cours sera consacrée à la maîtrise de l’outillage TEI dans l’ensemble de ces domaines, mais la master class ne se limitera pas à cela. L’ensemble des étapes du workflow d’un projet en humanités numériques sera abordé, de la constitution du corpus jusqu’à la valorisation des résultats. La langue principale de travail est l’anglais. La master class est co-organisée par DARIAH-EU, Inria, l’Institut historique Allemand et Le Mans Université.

Pages