Calenda Digital Humanities

06/07/20
Dans ce colloque pluridisciplinaire, il s’agira de discuter des différentes formes que peuvent prendre les liens qui unissent les langues au(x) territoire(s) et vice-versa, de montrer les enjeux politiques, sociaux, économiques qui naissent des rapports construits hier ou aujourd’hui entre langue(s) et territoire(s). Derrière langue et territoire, il y a surtout des hommes et des femmes avec leurs pratiques sociales et leurs représentations qui sont au cœur des logiques constitutives de territoires, voire de territorialité. De nouveaux territoires font émerger de nouvelles pratiques langagières et, réciproquement, de nouvelles pratiques langagières dessinent de nouveaux espaces, mis en discours et investis de sens. Les « frontières » que nous traçons entre langue(s) et territoire(s) ne sont pas étanches mais perméables dans le temps et dans l’espace, en fonction de facteurs tels que le déplacement des populations, les politiques linguistiques, les représentations linguistiques et sociales, l’éducation, les médias de masse et les valeurs socioculturelles.
30/06/20
L’utilisation croissante des technologies numériques dans le domaine de la santé pose question. Si les avancées de la recherche médicale en termes de compréhension des maladies et de développement de traitements sont signifiantes, des effets contre-productifs de la technique sur l’organisation des pratiques de soins sont observés (Dujarier, 2017). L’objectif de cette journée d’étude est notamment de questionner la place et le rôle des technologies numériques et de l’intelligence artificielle dans le secteur médical, en institution et au domicile des individus - au regard des valeurs fondatrices de la République et garantes d’une démocratie sanitaire (Routelous, 2008) : justice, équité, non-malfaisance, autonomie des personnes et respect de la vie privée.
24/06/20
Depuis une dizaine d’années, l’histoire de l’art a peu à peu (mais encore difficilement) adopté les humanités numériques. Or celles-ci sont un défi à la discipline qu’elles risquent de profondément renouveler : à la fois dans l’étude des objets traditionnels de l’histoire de l’art (qu’il s’agisse d’images ou de textes), dans la constitution des métadonnées, dans l’exploitation des données et dans les différentes formes de visualisation ou la médiation de celles-ci, notamment avec l’ouverture des données et des contenus culturels (open data). Ce numéro de la revue Histoire de l’art souhaite questionner les changements opérés par les humanités numériques, et voir s’il peut aller jusqu’à observer une révolution épistémologique.
23/06/20
La recherche doctorale peut-elle décliner de nouveaux rapports à la conception, où l'écriture participe du processus ? Le texte, s’il est essai, manifeste, historiographie, répertoire théorique ou iconographique, est dans sa syntaxe déjà une traduction hiérarchisée des histoires que les architectes ont pour spécialité de mettre en espace. Jusqu’où peut aller la narration en ce qu’elle est forcément partie prenante de l’écriture dans la naissance du projet ? Ce colloque propose de rassembler des expériences variées dans leurs approches du doctorat en architecture. Nous souhaitons que ce temps d’étude offre à voir une palette de thèses qui portent les ambitions de leurs auteurs.es. Nous souhaitons par ailleurs porter à la discussion tant l’objet-doctorat que ce qu'il signifie du devenir du métier d'architecte.
18/06/20
Le Bucema, bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, est une revue scientifique à comité de lecture consacrée aux études sur le Moyen Âge. Fidèle à son principe de diffusion de la recherche en train de se faire et librement accessible, le Bucema continue à mettre l’accent sur l’interdisciplinarité ‐sciences humaines et sociales, sciences de la nature et mathématiques‐, comme le meilleur moyen d’inventer une nouvelle médiévistique. Il est particulièrement intéressé par les contributions proposant des nouvelles méthodes, faisant état d’expériences dans le domaine des humanités numériques (digital humanities) et des nouvelles technologies, s’interrogeant sur les implications épistémologiques et conceptuelles des recherches sur le Moyen Âge.

Pages